x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Art et Culture Publié le samedi 4 mai 2013 | Le Democrate

Affaire « Matty Dollar enlève son caleçon » : Pourquoi il ne faut pas brûler l’artiste

Depuis quelques semaines, une chanteuse fait parler d’elle à Abidjan: Maty Dollar. Cette artiste ivoirienne qui vit aux Usa et qui de façon sporadique fait un tour dans son pays (Côte d’Ivoire) pour y poursuivre sa carrière musicale, semble t-il, choque certaines sensibilités de par son style vestimentaire et sa scénographie jugés osés. D’ailleurs, certaines images d’elle illustrant dans une certaine mesure cet état de fait et postées sur Facebook ont suffi à faire croire à certaines personnes que Maty Dollar est tombée dans la pornographique. D’ailleurs, la plupart des journaux et magazines people de la place en ont fait leur chou gras.

On croyait cette affaire définitivement close après le démenti de l’artiste, mais depuis quelques jours, comme pour enfoncer le clou, d’autres images postées sur certains sites de la place ont fait dire à d’autres gens qu’elle a « enlevé son caleçon ». Et cette affaire suscite beaucoup de réactions sur la toile. Des réactions qui dans leur grande majorité condamnent cette façon de faire de l’artiste. Mais, le plus agaçant, c’est qu’interrogée sur ce qu’on peut considérer comme ses frasques, Matty Dollar s’empresse de démentir et invoque son “américanité” pour justifier sinon légitimer son comportement. Au fond, Matty Dollar considère que c’est parce qu’elle est américaine qu’elle se comporte de la sorte. Niet! rétorquent des internautes qui pensent que si tous les Américains devraient se comporter comme Matty Dollar, le pays de Barack Obama serait infréquentable. Et voilà, qui ressuscite un vieux débat sur la définition même de l’art et du beau en société. En effet, là où certains considèrent que l’art devrait contribuer à l’éducation morale des jeunes générations, d’autres considèrent que fondamentalement l’art n’a rien à voir avec la question du bien, du moralement bon etc. Et qu’à l’instar de toute activité humaine, l’art possède ses propres règles qu’il ne tient pas de la morale encore moins de la religion. Et depuis l’antiquité grec jusqu’à nos jours, les idées sur l’art et sur le beau tournent autour de cette question fondamentale. A savoir si oui ou non, l’artiste est libre d’exercer son métier indépendamment des questions liées à la morale et/ou à la religion. Et à ce niveau, il faut admettre que de tout temps, partout où l’on a inventé des procédés ou structures pour emmener, voire contraindre l’artiste à exercer son métier dans un canevas préétabli et qui entretient un rapport plus ou moins étroit avec la morale et la religion, cela s’est presque toujours soldé par des échecs.

Parce que les artistes n’ont jamais supporté qu’on leur impose des règles ou qu’on leur dicte des lois dans l’exercice de leur métier. Et même lorsque des lois ont existé, elles ont toujours fini par être transgressées. Matty Dollar transgresse à travers ses concepts artistiques certaines “règles” et c’est justement cette propension à transgresser les normes sociétales, à briser le train-train artistique habituel qui explique l’hostilité de certaines personnes vis-à-vis de son style. Mais au fond, que serait l’art sans la transgression des règles et sans la défiance vis-à-vis des normes établies? Rien d’autre qu’une histoire sans innovation et donc sans saveur.

Francis Kouamé

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Art et Culture

Toutes les vidéos Art et Culture à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ