x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Art et Culture Publié le samedi 1 juin 2013 | Le Patriote

Rencontre avec…/ Didier Bléou (Directeur de Fréquence 2) : “Notre objectif, c’est de repositionner la radio”

Depuis lundi, Fréquence 2 innove avec de nouvelles émissions et aussi de nouvelles voix, notamment celles de Christelle Mélèdje, Caroline Da Silva et Eva Amani, des visages connus de la télé. Dans cet entretien, Didier Bléou, son directeur, explique les motivations du réaménagement de la grille des programmes de cette radio. Aussi définit-il les objectifs qu’il poursuit avec son équipe.

Le Patriote : Pourquoi maintenant une grille des programmes réaménagée ?
Didier Bléou : Nous avons fait une évaluation pour voir les émissions qui plaisaient, on les a gardées. Et sur la base des suggestions faites par les jeunes suite à un sondage, nous avons injecté dans l’ancienne grille des programmes, de nouvelles productions pour être plus proches des auditeurs. Cela dit, je pense ce réaménagement s’est imposé à nous. Ça fait partie de la vision globale de la Direction générale de la RTI de redynamiser ses antennes. Il n’y a pas que Fréquence 2 qui innove. RTI1, RTI2 et RTI Bouaké en font de même. C’est donc l’ensemble des chaînes de radio et de télévision de la RTI qui innovent.

LP : Justement, qu’est-ce qui fait la particularité de cette grille réaménagée ?
DB : Sa particularité, c’est qu’elle a été conçue par les jeunes. Nous avons pris leurs suggestions en compte. Les sondages ont montré que les jeunes de 15 à 30 ans n’écoutent pas vraiment Fréquence 2. Seuls ceux qui ont 35 ans et plus se sentent proches de Fréquence 2. Tout simplement parce qu’ils ont vu naître la chaîne. Quant aux jeunes de 15 à 30 ans, ils écoutent d’autres radios. Nous avons estimé qu’il fallait aller les chercher. Nous avons recueilli leurs avis. Ils nous ont par exemple dit qu’ils souhaitent que nous changions nos programmations musicales, en faisant plus de place aux chansons diffusées par les chaînes internationales. Ils nous ont aussi dit qu’ils voudraient que nous utilisions des mots de leur univers pour les titres de nos émissions par exemple. Enfin, ils souhaitent avoir de nouvelles voix, des voix plus jeunes à l’antenne. On a donc tenu compte de toutes ces suggestions pour bâtir cette grille. En quelque sorte, ce sont les jeunes qui l’ont faite.

LP : Pour ce qui est des nouvelles voix, vous n’avez pas cherché loin en allant piocher à la télé, des présentatrices déjà connues. Qu’est-ce qui a motivé un peu cela?
DB : Les jeunes aiment ces vedettes du petit écran. Qu’est-ce qu’on fait, on va les chercher. Et on leur dit : « Vos stars de la télévision, vous allez les avoir. Vous serez en contact direct avec ces stars-là. Elles vont faire des émissions ici à la radio, des émissions publiques auxquelles vous pourrez participer. Vous pouvez faire des photos avec ces stars-là. Parce que quand elles sont à la télévision, des fois, on a l’impression qu’elles sont inaccessibles. La radio vous donne l’opportunité de les rencontrer, d’échanger avec elles.

LP : Quelles sont les émissions phares de cette grille réaménagée ?
DB : Déjà, il faut savoir qu’il n’y a plus de synchronisation entre Fréquence 2 et Radio Côte d’Ivoire. Avec l’autonomisation de la chaîne, nos programmes démarrent désormais à 6 heures, et non 8 heures, comme par le passé. Nous commençons donc à 6 heures par « Le Club Matinal », tenu par Mariam Coulibaly et Raoul Emmanuel. C’est l’une de nos émissions phares. Parce que le matin, il y a une grosse bataille de l’audimat entre les radios. Autre émission phare, «Le Grand Jeu », du lundi au vendredi de 09h à 10h et qui permet à nos auditeurs de gagner vraiment des lots, ce que nous ne faisions pas sur notre chaîne. Et de 11 h à 12h, il y a « A vous Mesdames». Cette émission prend en compte toutes les préoccupations de la femme ivoirienne qu’elle soit en milieu urbain ou en milieu rural. Nous avons également un grand rendez-vous les après-midis, de 15h à 17h, avec « Maquis Fréquence 2 ». On a deux versions. Lundi et mardi, c’est spécialement le coupé décalé, avec aux commandes Serge-José Amessan. Et puis mercredi et jeudi : c’est l’humour et le zouglou. Cette fois, c’est le duo Caroline Da Silva-Papous Kader qui entretiendra les auditeurs. Cette émission plonge littéralement l’auditeur dans une vraie ambiance de maquis. Je précise qu’il y a une innovation, du lundi au vendredi, de 11h à 12h, appelée «Café des Stars». Le principe de cette émission est simple : deux peoples, ça peut être des chanteurs, des footballeurs, se retrouvent comme dans un café et se font des confidences. Le lundi par exemple, ils parlent de leur enfance, Des musiques qui les ont marqués avec des anecdotes. Le mardi, ils évoquent leur début de carrière. S’ils sont dans le foot, comment ils ont commencé, s’ils sont dans la musique, comment ça a démarré. Et puis mercredi, ils parlent des moments tops de leur carrière avec des anecdotes. Le jeudi, ils se souviennent de leurs flops. Et puis vendredi, ils se prononcent sur quelques grands thèmes de société. Sans animateur, ils se parlent, comme s’ils sont assis dans un café. Enfin, il y a « Nzuélinga » qui signifie en baoulé, c’est qu’est-ce que c’est ? Quelle histoire rocambolesque ! Cette émission suscite, sous la houlette de Lance Ouattara et Juliette Anzian, un débat avec les auditeurs autour d’une problématique donnée. Il faut aussi savoir, c’est une particularité, Fréquence 2 fait désormais de l’information mais en format réduit. Il s’agit de flash d’informations. Le grand format est réservé à Radio Côte d’Ivoire.

LP : On note aussi le retour de John Jay et Soum St-Félix d’anciennes voix célèbres de la radio…
DB : Fréquence 2, c’est la rencontre de plusieurs générations. Ils étaient ici puis ils sont partis. Et aujourd’hui, ils sont revenus. En matière de reggae, il n’y a pas meilleur animateur que John Jay. Nous lui avons demandé de nous rejoindre et il a accepté. Tout comme lui, Soum St-Félix a accepté aussi de retourner à la maison.

LP : D’autres anciens animateurs pourront-ils revenir ?
DB : Le problème c’est que les autres sont hors du pays. Mais nous sommes en train de voir comment ils pourraient collaborer avec nous.
Kader N’Dao, qui est aux Etats-Unis, nous intéresse beaucoup. Nous sommes en contact également avec Biram Diawara qui est en France. Ça nous plairait un jour qu’il revienne à la radio pour que nous fassions une petite production.

LP : Quels sont vos objectifs aujourd’hui, en tant que directeur, avec cette radio ?
DB : Nos patrons nous ont demandés de repositionner la radio. Franchement, cela nous tient à cœur. On voudrait marquer aussi notre passage en disant un jour que nous avons réussi à repositionner Fréquence 2. Cela veut dire que nous voulons faire plaisir à nos auditeurs. Notre souhait, c’est que les jeunes retrouvent leur place sur Fréquence, parce que c’est leur chaîne.

Réalisée par Y. Sangaré

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Art et Culture

Toutes les vidéos Art et Culture à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ