x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Société Publié le jeudi 18 juillet 2013 | Notre Voie

Issia - Tapé Doh, nouveau chef du canton Boguhé

Réunis le 13 juillet dernier, à la salle des fêtes de la mairie, 33 Chefs de village sur les 39 que compte le canton Boguhé, dans la Sous-préfecture central d’Issia, ont porté leur choix sur Tapé Doh pour diriger le canton Boguhé. Ces garants de la tradition ont clairement indiqué que, Dédé Séri Justin, le président du collectif des chefs coutumiers du département, n’est pas le chef de canton comme il le prétend. Au cours de leurs interventions, ils ont révélé que, depuis le décès du chef de canton, Zikiri Bissouma en 1971, leur canton n’a jamais eu un autre chef de canton. « Dédé Séri n’est que le président du collectif des chefs coutumiers de notre département. Nous l’invitons à éviter les amalgames dans ses déclarations pour éviter de semer la confusion dans la tête des gens », ont-ils déclaré. Et le chef Kipré Logbo de faire cette précision : « Un chef de canton n’est pas un responsable politique. On ne s’attire pas l’estime d’un chef d’Etat en calomniant ses compatriotes. C’est nous qui sommes allés prier Tapé Doh de venir occuper le fauteuil de chef de canton, vide depuis plus de 41 ans. » Tapé Doh, chef du village de Brokoua, et chef de sa tribu, a été approché par une délégation de 33 chefs de village pour qu’il parle désormais en leur nom. Ces autorités traditionnelles n’apprécient pas les propos et certaines déclarations du président du conseil des chefs coutumiers du département. « Nous invitons notre frère Dédé Séri Justin à la mesure. Il n’a jamais été désigné par un quelconque collectif des chefs de villages et de tribu pour être chef du canton Boguhé. C’est Tapé Doh qu’il faut pour diriger notre canton, pour nous organiser, et nous aider à nous développer. Evitons l’incitation à la division, à la mésentente et la désunion », a conseillé Oré Néza, le chef du village de Bémadi. « Nous sommes désolés que notre chef central nous traine dans la boue. Ce n’est pas la radio ONUCI FM qui doit choisir notre chef de canton », déplore Droukora Gbla Clément, le chef du village de Bolia. Accusé d’avoir corrompu ces 33 chefs de villages sur 39 que compte le canton Gboguhé, Tapé Doh a réagi en ces termes : « Je n’ai envoyé personne chez Séri Justin pour le détrôner. J’ai accepté d’être chef de mon canton parce qu’il y a cinq ans que mes frères me demandent cela. J’ai toujours soutenu Séri Justin, matériellement et financièrement parce qu’il est le chef central de Depa depuis 2003. Nous sommes à l’heure de la réconciliation nationale, de la cohésion sociale pour une paix durable. Le canton Gboguhé doit s’engager résolument pour l’union et l’entente entre ses enfants pour élaborer un projet fiable de développement. J’ai la culture de la paix, du dialogue et de l’entente pour le développement harmonieux d’Issia. J’ai accepté de me mettre au service de mon village Brokoua, de ma tribu, et de mon canton aujourd’hui, à la demande de plus de 33 chefs de village qui ont tous leurs arrêtés ministériels », a fait remarquer Tapé Doh.

Eustache Gooré Bi

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Société

Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ