x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Société Publié le mercredi 30 octobre 2013 | L’intelligent d’Abidjan

Bilan de la Tabaski / Les marchands de l’abattoir mettent en garde : ‘‘Que nos frères de la sous-région respectent les lois ivoiriennes’’

© L’intelligent d’Abidjan Par Le District d`Abidjan
Tabaski/Foire du mouton : Hamed Bakayoko ouvre la 7e édition
Le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur et de la Sécurité a ouvert mardi 08 octobre, la 7e édition de la foire du mouton. Cette manifestation va, une semaine durant, donner aux musulmans, en particulier, et aux Abidjanais, en général, l’occasion de se procurer des moutons sains.
M. Losseni Koné, président de l’Union ouest-africaine des marchands et importateurs de bétail (Uoamib), a donné récemment une conférence de presse à l’abattoir de Port-Bouët. Il s’agissait pour lui de faire le bilan de la tabaski et lever un certain nombre d’équivoques sur «des allégations tenues ça et là». Selon Losseni Koné, ce sont 339 camions, 71 wagons de train qui ont approvisionné l’abattoir à hauteur de 122.400 têtes de moutons. Seuls 5 camions et 4 wagons sont retournés car pour n’avoir pas pu écouler leur cargaison. «Le mouton a été bien vendu et les prix variaient selon les besoins», s’est-il satisfait. Pour lui, tous les moutons n’avaient pas le même prix. Latitude était donnée à chacun de trouver un mouton à la hauteur de sa bourse. Mais, ce qui ne lui a pas plu, ce sont « les allégations mensongères indiquant que des taxes parallèles à hauteur de 180.000 FCFA étaient perçu par la Société de transport ivoiro-burkinabé (Stib). La Stib percevait au titre des enclos la somme de 120.000 FCFA et le district par sa structure Soprefi touchait 60.000 FCFA au titre des droits d’entrée et diverses taxes », a indiqué M. Koné. Selon lui, les autorités ivoiriennes ont engagé des travaux à hauteur de 5 milliards de FCFA pour la réhabilitation du parc à bétail. « Auparavant, les commerçants payaient 100.000 dans la boue et dans le noir. Mais, une structure privée a avancé des fonds pour restructurer le parc. Je pense qu’une augmentation de 20.000 FCFA est opérée », souligne le président de l’Uoamib. Pour lui, discréditer le travail fait par le District est une défiance inacceptable à la Côte d’Ivoire. « Que nos frères de la sous-région qui se répandent dans les journaux respectent les lois ivoiriennes. Quand des autorités indiquent des mesures pour continuer à faire son commerce, on ne cherche pas à les combattre », a-t-il conclu.
OG

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Société

Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ