x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Sport Publié le mercredi 13 janvier 2021 | L’intelligent d’Abidjan

Entretien/ Adaman Nabi ( Président de la Jeunesse Athlétique Club de Zuenoula D3) : “Normalisation à la Fif : nous n’accepterons pas la forfaiture et la vérité va éclate”

Dans l’entretien ci-dessous Adaman Nabi, président de la Jeunesse Athlétique club de Zuénoula (D3), ne cache pas son inquiétude sur l'avenir du football ivoirien avec l'avènement d'un comité de normalisation.

Le 24 décembre 2020, la Fifa a décidé de mettre la Côte d'Ivoire sous la normalisation. En tant qu'acteur, comment avez-vous accueilli cette décision ?
Nous avons pris acte de la décision. C'est vrai, c'est l'une des plus graves décisions que la FIFA prend pour une fédération, une association-membre. Et c'est toujours regrettable qu'on en arrive à une pareille situation, mais nous prenons acte, et nous analysons la situation avec assez de sérénité.

Est-ce que vous vous attendiez à cette décision?
Chaque acteur dans le système joue son rôle. La FIFA a son rôle à jouer, la fédération a son rôle à jouer et nous, clubs, membres avons notre rôle à jouer. Nous pensons que la FIFA est dans son schéma, elle joue son rôle. Nous allons jouer aussi notre rôle jusqu'au bout.

Mais au-delà du rôle, est-ce que vous vous attendiez après la suspension du processus, à ce que la FIFA rende une telle décision ?
Nous nous attendions à tout puisque nous ne comprenions pas la démarche de la FIFA. Elle a pris la plus grave des décisions, la plus importante des décisions à l'encontre de la Fédération. Regardons l’impact sur le football local. C'est regrettable ! Depuis mars 2020 à la survenue de la pandémie, le ballon a cessé de rouler en Côte d'Ivoire. Le rôle de la FIFA n'est pas de bloquer la pratique du football. Malheureusement c'est ce que nous avons constaté après avoir bloqué, suspendu le processus électoral. Le ballon ne roule pas. Le rôle de la FIFA est de promouvoir le football et donc nous pensons que nous allons arriver à pouvoir sauver le football ivoirien à travers certaines actions que des acteurs du football ivoirien vont mener. Parce que nous ne saurons regarder notre football mourir.

Parlant d’actions, nous avions entendu dire que des pétitions étaient en cours de signature pour bloquer la décision de la FIFA...( Il nous arrête)
Ce ne sont pas des pétitions.Ce sont des plaintes. Je pense que vous êtes au courant que la Fédération ivoirienne de football a porté plainte. Le reste, nous nous sommes organisés et je pense nous n'allons pas croiser les bras.

Quel commentaire faites-vous des arguments évoqués par la Fifa pour mettre la Côte d'Ivoire sous normalisation ?
Le communiqué dit que l'une des missions du comité de normalisation sera d'amender nos textes relatifs aux élections. Sur ce point, la Fédération ivoirienne de football avait demandé, au cours d'une mission menée à la FIFA par Messieurs Sory Diabaté et Maître Raux-Yao Athanase, tous membres du comité exécutif de la FIF, à faire des amendements avant les élections. Elle a dit non. La FIFA s'est opposée à un quelconque amendement des textes de la FIF avant les élections. Donc, je ne pense pas qu'ils feront des amendements avant qu'on ne fasse des élections. C'est tout de même logique non? Soyons souvent logiques et cohérents dans nos démarches. Si la FIF demande à faire des amendements et qu'on dit non parce que nous sommes en période électorale, je ne pense pas que la FIFA doit s'autoriser elle-même à faire des amendements avant d'aller à une élection. Allons à l'élection, celui qui sera élu fera des amendements comme nous l'a demandé en son temps la FIFA. Secondairement, le comité exécutif : on nous dit que son mandat est terminé. Je dis, c'est regrettable. Soyons honnêtes avec nous-mêmes. Nous avons des textes. Le code électoral en son article 2 alinéa 4,stipule que ''les instances élues de la Fédération ivoirienne de football continuent d'exercer leurs missions jusqu'à la fin du processus électoral''. Le processus électoral est-il à son terme? S'il n'est pas terminé, que dit cette disposition pour qu'on vienne me dire que le comité exécutif est en fin de mandat ? Soyons logiques!
Je prends une autre disposition. Lorsque la commission électorale avait commencé à avoir des dysfonctionnements, le président de la Fédération ivoirienne de football, après un comité d'urgence, a informé la FIFA de la décision du comité d'urgence de la FIF conformément à nos statuts, de convoquer une assemblée générale pour entendre la commission électorale et échanger, voir avec les mandants pour prendre les dispositions en vue de remettre le processus électoral en route. Pour se faire, elle avait décidé de suspendre d'abord les travaux de la Commission électorale, aller en concertation générale avant de finir ce qu'il faut faire. Informée, la FIFA s'y est opposée et des courriers qui l'attestent existent. La FIFA, à travers Monsieur Véron Omba Monsengwo, Directeur de la Division Associations membres de la FIFA a instruit la FIF à travers un courrier de laisser la commission électorale continuer son travail. Il a également donné un mode de prise de décisions pendant les travaux de la commission électorale.
Ainsi, a-t-il préconisé que toutes les décisions de la commission électorale doivent être prises au terme d'un vote et les rapports ou procès-verbaux signés par chacun des membres. Ce que la commission électorale a fait et une décision a été notifiée aux différents candidats. Que reproche-t-on donc aujourd'hui au comité exécutif ? Quand elle veut agir, on dit non. Quand elle veut mener une action, on dit non. Aujourd'hui, on veut lui imputer tout en envoyant un comité de normalisation.

À vous entendre, vous n'êtes pas favorable à un comité de normalisation…
Ils viendront normaliser avec qui ils trouveront. Nous sommes aussi des membres actifs qu'il faut aussi respecter. Nous pensons que la FIFA a pour mission de promouvoir le football et les acteurs du football. Mais, la FIFA ne devrait pas pour un oui ou un non vouloir s'adjuger les fédérations des pays africains. C'est un constat. La FIFA peut-elle se comporter de la sorte avec la Fédération Française de Football, avec la fédération Allemande de football ou avec la fédération brésilienne de football ?

La tâche de ce comité s'annonce t-elle difficile surtout avec l'élaboration des nouveaux textes?
Nous ne nous opposons pas mais, elle va le faire avec qui ? Avec obligatoirement les membres actifs de la Fédération Ivoirienne de Football. C'est en Assemblée Générale avec les mêmes membres actifs qu'il va falloir obligatoirement prendre les décisions. Je vous rappelle que mon club figure parmi ces membres actifs donc nous faisons partie de ceux qui doivent valider ces nouveaux textes. Ce n'est pas la FIFA qui va en assemblée générale. La FIFA n'est pas membre de l'assemblée générale, c'est nous qui sommes membres de l'Assemblée générale.

Alors si les textes ne sont pas à votre goût ...
Mais comment voulez-vous que des personnes puissent accepter de valider ou de cautionner des textes qu'ils n'apprécient pas. Mais nous disons une seule chose , nous n'accepterons pas la forfaiture.

Qu'est ce que vous entendez par forfaiture ?
Venir faire ce qu'on nous demande de ne pas faire et soi-même vouloir le faire.

Est-ce à dire que l'avenir du football ivoirien est sombre avec l'avènement du comité de normalisation?
Sombre ? Bon si c'est la volonté de la FIFA et de certains acteurs du football ivoirien et même de certaines autorités. Comme je l'ai dit tantôt, la mission de la FIFA n'est pas de rendre sombre l'activité footballistique dans une fédération. C'est plutôt de la promouvoir. Maintenant si elle fait l'action contraire, il appartiendra à l'Assemblée Générale de la FIF d'apprécier et d'aviser.

Alors justement est ce qu'avec ce comité de normalisation , le ballon pourra-t-il rouler en Côte d'Ivoire.
C'est plutôt à ceux qui en appellent à l'avènement de ce comité ( qu'ils ont certainement souhaité depuis un certain temps ) de répondre à cette question. Ont-ils certainement analysé et maîtrisé tous les contours d'une normalisation.

Sommes-nous partis pour une longue impasse dans le football ivoirien?
Nous pensons que nous trouverons les moyens pour nous en sortir le plus rapidement possible. Mais dans la vérité et dans la justice.

C'est quoi la vérité et la justice ?
La vérité va éclater. La FIFA n'est pas l'instance irréprochable dans ce dossier ivoirien. Elle en a été actrice également, donc chacun devra assumer.
Elle vient d'être traduite par le Tribunal Arbitral du Sport (TAS). Il faut rappeler que la FIFA a déjà eu ses décisions cassées par le TAS. C'est pas parce que la FIFA a décidé qu'il faut croiser les doigts. La FIFA a eu plusieurs décisions cassées par le TAS. Le TAS n'est pas inféodé à la FIFA et il n'est pas là seulement pour le football. Le TAS n'est donc pas aux ordres de la FIFA et nous lui faisons entièrement confiance pour que la vérité éclate conformément aux faits et aux textes. Si nous avons tort , nous nous alignerons , nous rentrerons dans les rangs. Mais si nous avons raison devant le TAS , nous allons œuvrer à ce que notre raison puisse être traduite en application.

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Sport

Toutes les vidéos Sport à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ