Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

La Côte d’Ivoire va mobiliser 150 milliards de FCFA de fonds islamiques
Publié le lundi 23 novembre 2015  |  AIP
Kaba
© Ministères par DR
Kaba Nialé, ministre auprès du premier ministre chargé de l`économie et des finances
Comment




Abidjan - La Côte d'Ivoire a lancé lundi à Abidjan, une opération de mobilisation de ressources d'un montant de 150 milliards de francs FCFA sur le marché régional en émission de Sukuk (fonds islamiques).

"L’Etat de Côte d’Ivoire, dans sa volonté de diversifier la base de ses investisseurs, a décidé de réaliser sur le marché financier régional une émission de Sukuk en monnaie locale pour le financement de ses projets d’investissements au titre de l'année 2015", a expliqué le ministre auprès du Premier ministre chargé de l’Economie, Mme Kaba Nialé.

Cette opération est la premiè re phase d'un objectif global de 300 milliards de francs FCFA. Le gouvernement ivoirien a signé en avril 2015, avec la Société islamique pour le développement du secteur privé (SID) du groupe de la Banque islamique de développement (BID), un accord pour la mise en œuvre d’un programme quinquennal Sukuk d’un montant total de 300 milliards FCFA en deux phases égales de 150 milliards CFA chacune.

Pour le représentant de la Banque islamique de développement (BID), Zakiyoulahi Sow, cette opération est d'une "importance stratégique" et va favoriser "l'émergence d'un solide marché de fonds islamique dans la zone Uemoa. Selon lui, ce mode de "financement innovant" va permettre d'attirer une nouvelle classe d'investisseurs.

Cette première expérience ivoirienne, selon le Premier ministre Daniel Kablan Duncan, ouvre une "nouvelle ère dans l'histoire du financement de la Côte d'Ivoire". Cet appel à l'épargne publique de type islamique dénommé Sukuk-Etat de Côte d'Ivoire 5,75% 2015-2020 qui a démarré vendredi s'achève le 21 décembre.

Il est ouvert aux personnes physiques et morales des pays membres de l’Uemoa ainsi qu’aux investisseurs institutionnels régionaux et internationaux.

(AIP)
kkf/cmas
Commentaires


Comment