Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
Abidjan.net NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Le marché Forum d’Adjamé paralysé par un bras de fer entre les commerçants et le promoteur
Publié le lundi 4 avril 2016  |  APA
Municipales
© Abidjan.net par DR
Municipales à Adjamé: le candidat Soumahoro Farikou fait sensation à Williamsville
Jeudi 18 Avril 2013. Terrain municipal de Williamsville. Adjamé. La candidat indépendant à la mairie Farikou Soumahoro a tenu un meeting qui a vu la participation d`un millier de personnes
Comment




Abidjan (Côte d'Ivoire) - Les activités du marché Forum, situé dans la commune d’Adjamé (Centre de la capitale économique) sont paralysées depuis quelques jours par une crise qui oppose les commerçants dudit marché à la société ivoirienne de concept et de gestion (SICG).

Selon le président de la Fédération nationale des Commerçants de Côte d`Ivoire (FENACCI), Farikou Soumahoro, cette crise découle des non-respects des accords et autres conventions signés par le promoteur et les commerçants.

« Il y a un problème entre le promoteur la société ivoirienne de concept et de gestion (SICG) avec les occupants qui sont près de 500 personnes », explique-t-il dans un entretien avec l' Agence de Presse Africaine (APA).

« Cette structure a signé un bail à construction avec la mairie pour une durée de 25 ans .Ce marché a été construit en 1997.Lorsque la guerre de 2002 a éclaté, le promoteur en exil au Mali a souhaité signer une convention de cession de sa jouissance aux commerçants occupants » , ajoute M. Soumahoro.

Poursuivant, il indique que sur «un montant de près 3,5 milliards sur une période de 3 ans, les commerçants ont payé près de 1,7 milliard FCFA via Ecobank pour la Banque de l'habitat du Mali (BHM)».

« A son retour d'exil, il a remis cette convention en cause (…). Puis après contre-toute il a changé d'avis en assignant quelques têtes les plus importantes du Forum, au moins une cinquante de commerçants pour non-paiement de loyers devant les tribunaux », regrette Farikou Soumahoro.

« Les commerçants ne refusent pas de payer ce qu'ils doivent mais s'indignent que la convention signée soit remise en cause par le promoteur », précise-t-il tout affichant « la détermination des commerçants à rester fermes, même à aller au-delà ».

Le président de la FENACCI accuse, les « autorités municipales qui ne jouent pas franc-jeu dans cette affaire en prenant fait et cause pour le promoteur. La mairie est la structure la mieux placée pour ramener à la raison le promoteur ».

Pour sa part, le Directeur de cabinet de la mairie d'Adjamé, Balise Ouattara joint au téléphone par APA, souligne que « la mairie ne saurait être une entrave à une décision de justice ».

« Le promoteur a présenté la grosse au maire de la commune tout en l'informant qu' il compte revendiquer des droits ou procéder à l'expulsion des commerçants qui ont abusé de lui », ajoute le Directeur de cabinet.

Selon lui, « le maire (Youssouf Sylla) pour éviter tout type de crises sociales s'est érigé en facilitateur et en médiateur et m'a désigné à l'effet de rencontrer le promoteur afin de discuter avec lui pour qu'on trouve des facilités ».

Toute chose qu'il a effectué et fait un retour aux commerçants, mais s'étonne qu'il n'y ait pas eu de retour de la part de ceux-ci. « Il faut aller au-dessus des états d'âmes », conclut-il.

Les tentatives pour joindre le responsable de la Société ivoirienne de concept et de gestion (SICG) sont restées vaines. Une source proche du service de communication de la mairie a confié qu'une rencontre d'information en présence du promoteur est prévue, lundi.

SY/ls/APA
Commentaires

Dans le sous-dossier