Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Une journée du "pardon à la nation" à Bloléquin dimanche

Publié le mercredi 11 avril 2018  |  AIP


Bloléquin- Une journée du "pardon à la nation" aura lieu dimanche à Bloléquin, à l’initiative des jeunes locaux qui ont suscité des actes de violence qui avaient entraîné la mort d’un gendarme en février, a appris l’AIP de source proche de l’organisation.

"La jeunesse de Bloléquin s'est rendue coupable d'acte d'incivisme lors des récents événements de février, des actes qui, bien évidement, ternissent l'image de notre soeur Anne Désirée Ouloto, de notre région, de notre département. C'est pourquoi, nous organisons ce dimanche une fête de pardon à la nation pour essuyer l'affront que nous avions fait à notre propre nation", a indiqué le président du comité d’organisation, Bléhi Olivier.

La population est donc invitée à l'école 1 de Bloléquin "pour demander pardon à la nation toute entière qui aspire, aujourd'hui, légitimement à la paix et à l'éradication de la violence, à notre président de la République, SEM. Alassane Ouattara, à notre soeur Anne Désirée Ouloto, à l'ensemble de nos cadres qui, de par nos mauvaises actions, sont mal vus parmi les autres ivoiriens partout où ils se trouvent", a ajouté Bléhi Olivier, rappelant que la jeunesse doit faire de la non-violence, le mode opératoire de ses actions pour le développement de la région du Cavally.

Le 17 février, suite à la mort, par balle, d’un jeune conducteur de moto-taxi à un poste de contrôle des forces de sécurité, des habitants de Bloléquin en colère ont lynché un gendarme avant d’incendier les locaux de la brigade de gendarmerie et détruire des symboles de l’Etat, rappelle-t-on.

"Nous jeunes de Bloléquin avions commis une erreur contre l'Etat, c'est pourquoi, après la cérémonie du pardon, nous avons décidé de réhabiliter cet édifice qui accueille des services de l’Etat avec nos propres moyens et l'appui de nos cadres", a déclaré, pour sa part, le président du Conseil national de la jeunesse du département de Bloléquin, Boué Marinaire.


Sgb/akn/kp
Commentaires


Comment