Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Des vendeuses de vivriers de N’gohinou (M’batto) indésirables au marché de Dimbokro

Publié le jeudi 19 avril 2018  |  AIP


Dimbokro- Les vendeuses de vivriers notamment de bananes plantains, de tomates, d'aubergines et de piments en provenance de N'gohinou, un village du département de M'batto, dans la région du Moronou sont indésirables au grand marché de Dimbokro où les commerçantes de cette localité ont du mal à accepter la concurrence de ces marchandes venues "d'ailleurs", a constaté l'AIP, mercredi, à Dimbokro.

"Les femmes baoulé ne veulent pas que nous venons vendre au marché. Elles disent que les gens n'achètent pas leurs marchandises quand nous venons avec les nôtres et que nous devons aller vendre nos produits à Bongouanou et pas ici", a confié à l'AIP, une vendeuse de vivriers de N'gohinou.

"Faux", a rétorqué une commerçante Baoulé. "Elles viennent seulement les mercredis, jour de marché. Mais elles occupent toutes les places et nous qui payons chaque jour les taxes, nous ne savons plus où nous s'asseoir", a-t-elle expliqué pour justifier leur réaction.

Cette atmosphère de tension et de suspicion qui règne entre les deux groupes de femmes est à la base de nombreuses disputes. En témoignent la chaude empoignade la semaine dernière, entre les deux parties, qui s'est terminée au commissariat de police.

Mercredi matin, les "bannies de N'gohinou" ont été obligées d'élever la voix en assiégeant les locaux du service technique de la mairie où elles ont trouvé une oreille attentive. En effet, la structure décentralisée, par la voix du premier adjoint au maire, le directeur technique et le chef du service financier, après les avoir reçues, leur ont permis de s'installer au marché du quartier Soukouradjan.

Cet espace d'échange qui est constamment vide sera ainsi comme une sorte de marché de gros de Dimbokro. En attendant des solutions définitives,les porte-voix du maire Bilé, espèrent que cette décision faire va tomber la tension entre les deux communautés.


ik/fmo
Commentaires


Comment