Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

Réseau des communicateurs du Zanzan : Michel Noufé appelle à l’union et à l’entente des enfants du Zanzan

Publié le mardi 9 avril 2019  |  RECOZA
Réseau
© Autre presse par DR
Réseau des communicateurs du Zanzan : Michel Noufé appelle à l’union et à l’entente des enfants du Zanzan
La communication est un puissant outil au service du développement. Ce qu’a d’ailleurs appréhendé Michel Noufé, parrain de l’Assemblée générale ordinaire (AGO) du Réseau des Communicateurs du Zanzan (RECOZA), les vendredi 5 et samedi 6 avril derniers, au VITIB (ex-IIAO) à Grand-Bassam.


La communication est un puissant outil au service du développement. Ce qu’a d’ailleurs appréhendé Michel Noufé, parrain de l’Assemblée générale ordinaire (AGO) du Réseau des Communicateurs du Zanzan (RECOZA), les vendredi 5 et samedi 6 avril derniers, au VITIB (ex-IIAO) à Grand-Bassam. Tenue autour du thème «Le RECOZA face aux défis du développement et de la cohésion sociale du Zanzan», cette assise a permis aux filles et fils du district du Zanzan exerçant dans tous les corps de métiers de la communication (journalistes, communicants, photographes, infographes, animateurs, techniciens, bloggeurs,…) de partager leur vision commune pour une région du Zanzan unie, prospère. Une tribune saisie par le Directeur des moyens généraux du Trésor public pour appeler à l’union et à l’entente des enfants du Zanzan. Car, a déclaré Michel Noufé, le Zanzan a longtemps souffert des incompréhensions et du manque de communication de ses filles et fils. «On a des hommes et des femmes capables de relever le défi de développement du Zanzan, d’en faire un havre de paix, une région où il fait bon vivre. Personnellement, nous avons pris l’engagement d’être un acteur de développement, vous avez pris la même voie. Nous sommes en phase. Le Zanzan nous a tout donné mais ce que nous pouvons donner au Zanzan, c’est notre disponibilité. Je voudrais donc appeler solennellement à l’union et à l’entente des enfants du Zanzan. L’objectif que nous poursuivons tous, c’est de construire le Zanzan. C’est ensemble que nous y arriverons. Notre responsabilité est grande», a dit le parrain à la tribune de la salle Ebrié du VITIB.

Michel Noufé a également souligné le besoin réel communication pour les régions du grand district du Zanzan. Le seul outil capable de briser le mur de méfiance et d’instaurer une confiance mutuelle. En clair, a-t-il dit, «seule la communication peut nous permettre d’aboutir au changement de comportement que nous visons». Il a, en outre, affirmé sa foi en une région développée, prospère. «Vous êtes des acteurs de développement. Et là où on parle de développement, nous nous y engageons. Là où il y a la fraternité, la cohésion, nous y allons. Le thème en lui-même est parlant. Le Zanzan a longtemps souffert des incompréhensions et du manque de communication de ses filles et fils. Mais aujourd’hui, grâce à la communication, des pas ont été faits. C’est à nous de faire du Zanzan ce que nous voulons qu’il soit. Une région développée, de paix, où ses filles et fils se retrouvent pour parler, et où le développement permet à chacun de prendre sa place. Le Zanzan ne peut aller de l’avant», a-t-il assuré. Mieux, Michel Noufé espère un Zanzan en porte-flambeau de l’émergence de la Côte d’Ivoire. «Nous devons accompagner les plus hautes autorités du pays sur la voie qu’elles ont choisie: faire de la Côte d’Ivoire un pays émergent à l’horizon 2020. Nous voulons que le Zanzan soit le porte-flambeau de cette émergence», a-t-il souhaité. Toutefois, a-t-il précisé «cela ne peut se faire que si nous sommes dans de bonnes dispositions d’esprit, si nous changeons de mentalité, de devenir des Ivoiriens nouveaux».

Face aux objectifs visés par le RECOZA, il a invité ses filleuls à «être des hommes intègres, dignes, respectueux de l’éthique et la déontologie», avant d’en appeler au sens de la responsabilité des uns et des autres. «Travaillez ensemble pour le devenir et le bonheur du RECOZA, a-t-il exhorté. Et que l’AGO se passe dans un esprit de fraternité, de cohésion!» Un appel qui n’est pas tombé dans les oreilles de sourds.

Au terme des quarante-huit heures de travaux dans la première capitale ivoirienne, les membres du RECOZA ont décidé de s’inscrire dans la continuité, gage de stabilité. Après la restitution des travaux des trois commissions (scientifique, projet, finances), l’Assemblée a reconduit dans ses fonctions, le président sortant. A l’unanimité des membres Morissiendou Diabagaté a été plébiscité pour un nouveau mandat de trois ans. Un nouveau bail qu’il place sous le signe de la renaissance du RECOZA. «L’engouement suscité par cette AGO nous donne des espoirs de croire en un futur radieux. Nous attendons que tous les communicateurs fassent du RECOZA leur affaire pour que nous jouons notre partition dans le développement de nos régions», a confié le président réélu.
(Sercom)
Commentaires


Comment