Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

L’accord sur la ZLEC aura un impact concret sur la Côte d’Ivoire (Etude)

Publié le mercredi 10 avril 2019  |  AIP


Abidjan - Les efforts déployés, dans l’objectif de soutenir l’intégration régionale, semblent bien accueillis par la communauté d’affaire ivoirienne qui estime que l'Accord sur la zone de libre-échange continentale (ZLEC) aura un impact positif sur le pays, selon le récent Business Barometer : Côte d'Ivoire CEO Survey, publié par Oxford Business Group (OBG), un cabinet d’intelligence économique.

« Le retour de la stabilité politique en 2011 et la croissance économique soutenue qui s’en est suivie ont ramené la Côte d’Ivoire sous les feux de la rampe ces dernières années. Avec une croissance annuelle moyenne du PIB se situant autour de 9% entre 2011 et 2016, le pays s'est illustré comme l'une des économies les plus performantes au monde », a affirmé la directrice éditoriale Afrique d'OBG, Souhir Mzali, ajoutant que la Côte d’Ivoire est probablement l’un des pays qui a le plus progressé dans sa volonté de résoudre certains problèmes clés.

« En plus des efforts déployés pour la réhabilitation et le développement d'infrastructures, des réformes politiques ont également été mises en place pour simplifier et améliorer la perception des impôts de même que l'implantation d’un important projet d’e-gouvernement pour rationaliser la bureaucratie et réduire les formalités administratives », a-t-elle précisé.

Ardent défenseur de l’intégration économique et commerciale en Afrique de l’Ouest et acteur clé de la CEDEAO et de l'UEMOA, la Côte d'Ivoire est en voie de procéder à la construction d'un tronçon de route de 1008 km reliant Abidjan à Lagos et participe à la consolidation de l'autoroute transafricaine, qui comprend neuf autoroutes à travers le continent. Aussi, des initiatives telles que le corridor de transport d’électricité de l’Afrique de l’Ouest permettront de tisser des liens plus étroits en vue d'une intégration des marchés de l’électricité dans la région, relève cette étude.

D’après ce baromètre qui s’est intéressé à une centaine de présidents directeurs généraux, d'importants défis restent cependant à relever. La fiscalité et l'accessibilité au financement ont été identifiées par les répondants au sondage d'OBG, avec des résultats assez semblables à ceux de la précédente enquête menée auprès des chefs d'entreprises publiée en 2018. Ainsi, 59 % des PDG interrogés estiment que l'environnement fiscal du pays est peu compétitif, voire très peu compétitif, et que 68 % estiment que l'accessibilité au financement est difficile ou très difficile.

Enfin, 61 % des répondants ont indiqué que la volatilité des prix des produits de base était le principal facteur externe susceptible d'avoir une incidence sur l'économie à court et à moyen terme. « Ce résultat est clairement démontré par le ralentissement économique des dernières années alors que la croissance du PIB a chuté à 8 % en 2016 et à 7,7 % en 2017 », a commenté Souhir Mzali.

Selon le ce sondage, même si les politiques de diversification économique sont bien amorcées, la croissance à court terme demeurera constante grâce au secteur agricole qui représentait 17,6 % du PIB en 2017. Le tiers des PDG ayant répondu au sondage d'OBG affirment que l'agriculture restera le principal moteur de la croissance économique en 2025, suivie de près par le secteur industriel (30 %) et des télécommunications (15 %).

Par ailleurs, les attentes à court terme semblent également élevées malgré le ralentissement anticipé avec les élections présidentielles de 2020, avec 85 % des participants déclarant être susceptibles ou très susceptibles de réaliser un investissement important en 2019, contre 82 % lors de notre dernier sondage.

Selon le FMI, le PIB devrait augmenter de 7,4 % en 2018 et de 7,5 % en 2019, révèle cette étude.

kkf/fmo
Commentaires

Playlist Société
Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment