Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

Un cadre règlementaire pour une meilleure gestion du spectre de fréquences radioélectriques établi entre l’AIGF et l’ANAC

Publié le mercredi 1 mai 2019  |  Abidjan.net
Signature
© Abidjan.net par PR
Signature de mémorandum d`entente relative à une meilleure gestion des fréquences aériennes
Mardi 30 avril 2019. Abidjan. Dans le cadre de l`accentuation de leur étroite collaboration et en vue d`améliorer la gestion des fréquences aériennes, l`Agence Ivoirienne de Gestion des Fréquences (AIGF) et l`Agence Nationale de l`Aviation Civile (ANAC) ont procédé ce mardi à la signature d`un mémorandum d`entente.


L’une des missions de l’Agence ivoirienne de gestion des fréquences radioélectriques (AIGF) est d’assurer la planification, l’attribution et le contrôle des fréquences radioélectriques en veillant aux besoins des administrations et des autorités affectataires.

C’est dans ce cadre qu’elle est emmenée à travailler aux côtés de l’Agence Nationale de l’Aviation Civile (ANAC), gestionnaire sectoriel des fréquences pour la navigation aérienne, avec qui elle a une responsabilité commune majeure pour l’assignation des fréquences aéronautiques, la collecte et l’échange des données, la facturation et la gestion des obstacles à la navigation aérienne.

Afin de confirmer cette gestion optimale, dans le respect du cadre règlementaire, les deux structures ont signé, ce mardi 30 avril 2019 à Abidjan, un mémorandum d’entente pour une meilleure gestion des fréquences pour la navigation aérienne.

« Nos deux structures réaffirment en ce jour, le choix stratégique d’une gestion optimale, transparente, efficace et efficiente du spectre de fréquences radioélectriques, dans le respect du cadre règlementaire » s’est réjoui le Directeur général de l’AIGF, Yacouba Coulibaly qui a ressorti la responsabilité commune majeure des deux entités.

Poursuivant, il a indiqué qu’il y a deux bandes de fréquence qui sont très proches. Celle de l’audiovisuelle et celle de l’aéronautique. Cette convention va donc permettre de savoir comment installer une radioélectrique, une station de radio à côté d’un aéroport.

Pour terminer, il a annoncé des conventions similaires avec d’autres affectataires que sont l’Autorité de régulation des télécommunications de Côte d’Ivoire (ARTCI), la Direction générale des affaires maritimes et portuaires (DGAMP) et la Haute autorité de la communication audiovisuelle (HACA).

Dans le même sens, son homologue de l’ANAC, Sinaly Silué a souligné qu’il s’agit de rendre plus efficace, mieux gérer et bien encadrer les activités des deux structures de façon à ce qu’il n’y ait pas de dispersion d’efforts et que tout soit fait en harmonie pour plus d’efficacité : « Sans fréquence, il n’y a pas d’aviation tant au niveau du guidage des avions que l’assistance météorologique. Tout le monde travaille avec des fréquences. Cela veut dire que l’ANAC a des relations privilégiées avec l’entité qui gère les fréquences en Côte d’Ivoire, notamment l’AIGF.»

Au-delà de la formalisation, ce document sera très utile à l’audit de l’ANAC prévu en juin prochain par l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI).

L’AIGF est une société d’État sous la tutelle du ministère de l’Économie numérique et de la poste avec pour objet, la gestion des fréquences radioélectriques qui constituent des ressources rares faisant partie du domaine public de l’Etat.

PR
Commentaires
Playlist Société
Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment