Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

Les populations riveraines de la forêt classée de Séguéla créent un champ-école pour le reboisement

Publié le samedi 26 octobre 2019  |  AIP


Séguéla - Les populations riveraines de la forêt classée de Séguéla ont pris part, dans le village de Warma, à une opération de planting d’arbres dans le cadre de la mise en place d’un champ-école qui permettra de les former au reboisement de cette aire protégée dont la biodiversité est fortement mise à mal par les activités humaines qui y étaient menées.

D’une superficie de 50 m2, le champ-école de Warma, village situé à 16 km de Séguéla, est composé à majorité de teck et de cajou pour permettre aux populations de prendre une part active dans le reboisement de cette forêt classée de laquelle les autorités compétentes ont procédé au déguerpissement des personnes infiltrées il y a quelques mois.

« C’est un exemple que vous devez suivre pour que la forêt puisse se régénérer. Vous profiterez des bienfaits des arbres que nous plantons aujourd’hui ainsi que les générations futures », a déclaré Beugré Akmel, le représentant de l’ONG ASAPSU qui organisait cette opération. Le sous-préfet de Séguéla, Kouakou Kouamé, et le chef de l’unité de gestion de la SODEFOR à Séguéla, le capitaine Tano Kouamalan, ont abondé dans le même sens pour inviter les populations à la pérennisation de cette forêt classée qui entre dans le cadre du projet conjoint PNUD/OIM dénommé “Participation des jeunes à la gestion durable des ressources forestières pour le renforcement de la cohésion sociale dans la région ouest de la Côte d’Ivoire”.

D’une superficie exacte de 119 204 hectares, la forêt classée de Séguéla est à cheval sur les départements de Vavoua, dans la région du Haut-Sassandra, et de Séguéla, dans la région du Worodougou. Elle fait partie des 237 forêts classées recensées sur l’ensemble du territoire national qui sont en train d’être reprises en main par les autorités ivoiriennes.

D’une superficie de 16 millions d’hectares en 1960, la forêt ivoirienne est aujourd’hui évaluée à peine deux millions d’hectares, rappelle-t-on.


kkp/kam
Commentaires
Playlist Société
Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment