Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

La société civile exhorte le gouvernement à reconsidérer la décision de retrait de la Déclaration de la CADHP

Publié le mercredi 6 mai 2020  |  AIP


La Convention de la société civile ivoirienne (CSCI) exhorte le gouvernement à bien vouloir reconsidérer la décision de l’Etat de Côte d’Ivoire du 28 avril 2020 relative au retrait de sa Déclaration de compétence à la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples (CADHP), a appris l’AIP dans un communiqué transmis mercredi.

La CADHP a ordonné à l’Etat de Côte d’Ivoire de surseoir à l’exécution du mandat d’arrêt émis contre l’ancien Président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro, de surseoir également aux mandats de dépôts émis contre certains de ses proches parmi lesquels des élus de la nation.

Suite à cette ordonnance de la Cour, le gouvernement ivoirien, à l’issue du Conseil des ministres du mercredi 29 avril, a annoncé le retrait par la Côte d’Ivoire, de la Déclaration de compétence prévue par le protocole relatif à la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples (CADHP), rappelle-t-on.

La CSCI estime que, par ce retrait, le citoyen ivoirien et les Organisations de la société civile (OSC) se trouvent fortement fragilisées en matière de promotion et de protection des droits de l’homme dans notre pays. D’autant que cet instrument juridique chèrement acquis de haute lutte est le fruit d’un engagement collectif.

De plus, au-delà des exigences liées à l’intangibilité des frontières et à la question de la souveraineté nationale et quoique légal, ce retrait dénote d’une atrophie juridique. «Dans le contexte actuel marqué par la crise sanitaire liée au Covid-19, les décisions de la Cour et de l’Etat de Côte d’Ivoire, assurément, contribuent à amplifier davantage les inquiétudes des populations surtout à l’approche échéances électorales de 2020. », souligne le communiqué.

Par ailleurs, la CSCI invite les acteurs politiques à plus de retenues, à être des acteurs de paix au lieu d’être des tensio-générateurs sociaux et recommande à la société civile de poursuivre inlassablement la lutte pour la construction d’un Etat de droit et à la promotion de l’intégration régionale et sous-régionale.

(AIP)

tad/fmo
Commentaires
Playlist Société
Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment