Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

La Côte d’Ivoire crée deux commissions en faveur des apatrides

Publié le mercredi 24 fevrier 2021  |  RFI
Célébration
© Abidjan.net par Donald
Célébration du 6e anniversaire de la Déclaration d`Abidjan et l`Installation officielle des Commissions Nationales et de Recours au Statut d`Apatride
L’Etat de Côte d’ivoire a organisé à travers une double cérémonie la célébration du 6e anniversaire de la Déclaration d`Abidjan et l`Installation officielle des Commissions Nationales et de Recours au Statut d`Apatride (CNESA, CNRSA) le mardi 23 février 2021 à Abidjan


Ce sont les apatrides ou les personnes « à risque d’apatridie » : ils n’ont pas de nationalité ou ont beaucoup de mal, faute de documents, à prouver cette nationalité ou un lien avec leur État d’origine. La Côte d’Ivoire met sur pied deux commissions pour permettre aux apatrides d’avoir un statut et donc des papiers pour se réinsérer dans la société. Une première en Afrique.

Avec notre correspondant à Abidjan, Pierre Pinto

En Côte d’Ivoire, selon le HCR, ils sont 1,6 million à appartenir à l’une ou l’autre des deux catégories. Sans acte de naissance, ni certificat de nationalité, ni pièce d’identité. Ils ne peuvent pas passer de diplôme, ni se faire soigner dans un hôpital, ni encore se marier ni plus d’ouvrir de compte bancaire.

Pour permettre aux apatrides et personnes à risques d’apatridie d’avoir une existence légale reconnue, la Côte d’Ivoire avec l’aide du HCR, met en place deux commissions qui octroieront à ces personnes un statut. Une commission dite d’éligibilité et une autre pour les recours le cas échéant. « Toute personne qui n’est pas en mesure de prouver son rattachement à une nationalité, à un pays, peut saisir la commission ; si sa requête n’aboutit pas, elle peut formuler le recours devant la commission destinée à cet effet. L’idéal est qu’il y ait un commencement de preuve par les documents, mais s’il n’y a pas de document, le témoignage existe, une enquête est faisable et on peut trouver une solution pour la personne », explique Klofanhan Ngolo Dianogo, directeur des affaires civiles et pénales du ministère de la Justice.
... suite de l'article sur RFI

Commentaires
Playlist Société
Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment