x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Politique Publié le samedi 14 février 2009 | Le Patriote

Moralisation de la vie publique: Ce qui fait courir le chef de l’Etat

Cinq ans de prison ferme. C’est le verdict qui a sanctionné le procès de Mmes Gomé Gnohité Hilaire et Metté Elyse. La première était la secrétaire particulière du chef de l’Etat. Quant à la seconde, elle se dit collaboratrice extérieure au palais présidentiel. Toutes deux sont accusées d’avoir escroqué la somme de 65 millions à la société de téléphonie mobile, MTN. Ainsi depuis mercredi dernier où le verdict a été rendu, ces deux dames ont rejoint les dirigeants de la filière café cacao qui croupissent à la MACA depuis un peu plus d’un semestre. Les Refondateurs ou quelques uns d’entre eux, ont applaudi cette décision. Pour eux, c’est le signe que le chef de l’Etat ne veut plus badiner avec ses collaborateurs qui se hasarderaient à se mêler des affaires sales ou louches.

En réalité, beaucoup d’observateurs de la scène politique soutiennent et ce, à raison d’ailleurs, que cette subite débauche d’énergie de Laurent Gbagbo pour tenter de nettoyer ses écuries d’Augias, est bien tardive. Mais aussi et surtout, elle ne répond ni plus ni moins qu’ à des visées électoralistes. C’est simple. Gbagbo sait que tôt ou tard, les élections se tiendront. Et il lui faudra demander les suffrages de ses compatriotes. Or il sait que ceux-ci qui n’ont de cesse d’observer sa gestion ne lui renouvelleront as leur confiance. Alors, que faire ? Il faut les séduire. En se faisant passer pour ‘’Monsieur propre’’. Surtout que dans l’opinion, Gbagbo a réussi à faire croire qu’il est bon, mais que c’est son entourage qui ne l’est pas. Depuis lors, il a entrepris un vaste coup de balai autour de lui. Avec les arrestations pêle-mêle. Dont les responsables de la filière café cacao et tout récemment sa secrétaire particulière. Mais les Ivoiriens ne sont pas dupes. Conscients qu’ils sont que Gbagbo ne peut pas faire en un second mandat, ce qu’il n’a pas pu faire depuis bientôt une décennie qu’il gère les affaires de l’Etat. C’est sous lui que ces propres collaborateurs sont en prison pour vol, détournements et mauvaise gestion. Cela donne une idée claire de sa gestion. C’est à juste titre que l’artiste a dit : «Si tu as choisi voleur… ». Car toutes ces pratiques ne sont pas nouvelles. Elles datent de longtemps. Et il ne les a pas combattus parce que selon ses propres termes, ‘’le pays était en guerre’’. Et ce réveil subit est loin d’impressionner les Ivoiriens qui ont eu à le connaître. Au demeurant, ils attendent mieux et plus. Ils attendent des actes forts et non de menus fretins. Ils attendent par exemple que la lumière soit faire sur les enrichissements illicites de tous ces Refondateurs qui construit des châteaux en Espagne, au sens propre du terme. Sur la question, c’est Djédjé Mady qui ne croyait pas si bien dire. Lors d’un meeting devant les villageois de Soubiakro dans la commune de Yamoussoukro, en 2008, il a parlé de la richesse de certains refondateurs en ces termes : «Des gens qui, il n’y a pas longtemps, portaient des tapettes, roulent carrosse. Ils sont devenus milliardaires. (…) Non contents de cela, ils tuent. Alors je vous demande de choisir. Si vous voulez la mort, le sang, alors votez le FPI». C’est tout dire.

Yves-M. ABIET

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Politique

Toutes les vidéos Politique à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ