Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

Un opérateur économique lauréat du prix africain du meilleur promoteur du secteur agro-industriel

Publié le lundi 8 juillet 2019  |  AIP


Le président du conseil d'administration (PCA)de la société coopérative ivoirienne du négoce des produits agricoles (SCINPA, Agboville), Sawadogo Moussa, recevra, samedi, à Casablanca (Maroc) le prix africain du meilleur promoteur pour le développement du secteur agro-industriel, catégorie Diamant des filières agricoles, pour son travail et son savoir-faire à la tête de l’une des organisations les plus dynamiques de la filière café-cacao de la région de l’Agneby-Tiassa.

M. Moussa, la quarantaine révolue, a insufflé un dynamisme à la société coopérative ivoirienne du négoce des produits agricoles qu’il a contribué à mettre en place en 2003. Ses performances et résultats positifs lui valent des lauriers au niveau africain. En 2018, il a été lauréat du premier prix du PADEVE, le prix africain du meilleur artisan de développement agricole. Il recevra, samedi, son prix en compagnie d’autres meilleurs bâtisseurs du continent.

De son parcours et des secrets de sa réussite, l’on retient que Sawadogo Moussa, natif du village d’Ano, dans le département d’Agboville, s’est investi dès son jeune âge auprès de son géniteur dans les travaux champêtres, avant de mener quelques activités informelles, notamment de commerce de colas, de gérant de moulin de décorticage de café, pour exercer finalement le métier de pisteur ou d’acheteur de fèves de cacao.

Toutes choses qui vont l’amener progressivement à mettre sur pied avec des parents une coopérative de 150 membres. Celle-ci évoluera avec le temps en passant de 500 tonnes de cacao en 2003-2005 à plus de 5000 tonnes et plus de 3000 membres en 2019.

La coopérative SCINPA distribue à ses membres des primes et ristournes récoltées du système de certification et des partenariats avec des exportateurs comme Cargill et Olam. Elle s'est lancée dans la réalisation de plusieurs projets au profit de ses membres, outre son implication dans la lutte contre le travail des enfants dans les plantations, une initiative de l’épouse du chef de l’Etat, Mme Dominique Ouattara.

Les projets à l’actif de la SCINPA vont de son programme d’intégration des enfants de la rue à son centre de formation sportive, à la construction d’écoles, à la réhabilitation de dispensaires et de maternités, en passant par la réparation de pompes hydrauliques, pour le bien- être des paysans, la réalisation de logements de maître et de cantines scolaires etc.

La formation des femmes en vue d’assurer leur autonomisation dans des activités génératrices de revenus, la sensibilisation des producteurs sur les questions de santé, relativement au SIDA et au paludisme, à travers les thématiques du genre, de l’équité et de l’égalité des sexes, développées au cours des journées dites paysannes, sont également au centre des actions du président Sawadogo Moussa.

Un PCA au physique apparemment fragile, mais qui dirige sa société d’une main de fer. De sorte que sa réussite découle, selon lui, de son acharnement au travail et du fait qu’il a su s’entourer d’un personnel compétent, fort d’hommes et de femmes alliant professionnalisme et rigueur dans le travail quotidien.

Outre les nombreuses actions de portée sociale qu’elle développe envers les communautés, voire les confessions religieuses, la coopérative SCINPA cantonnée jusque-là dans la commercialisation du binôme café-cacao, se projette à présent dans la transformation de ces produits en comptant installer des machines pour fabriquer du chocolat à l’échelle industrielle.

Pour l’heure, 300 femmes ont été formées pour faire du chocolat de manière artisanale, ainsi que du café au gingembre et au citron made in SCINPA.

Pour le PCA de SCINPA, seul le travail paie, c’est pourquoi son souhait est de voir les producteurs ivoiriens se mettre ensemble pour faire bouger les lignes en ce qui concerne la revalorisation des prix comme l’ont compris les deux plus grands producteurs de cacao au monde que sont le Ghana et la Côte d’Ivoire.

Le prix africain de développement et de l’émergence est une initiative du réseau des professionnels de la communication pour l’intégration africaine (REPCIAF) créé en 2005 par des journalistes, hommes de média et professionnels de la communication, issus d’une vingtaine de pays africains. Il a initié en 2008, la fête de l’intégration africaine pour célébrer les meilleurs bâtisseurs du continent africain.

(AIP)

yy/ask
Commentaires
Playlist Société
Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour votre plaisir


Comment